قصر الحيران

Mohamed.N


    LES SOINS INFIRMIERS 4

    شاطر
    avatar
    ksarmohamed

    المساهمات : 70
    تاريخ التسجيل : 07/12/2012

    LES SOINS INFIRMIERS 4

    مُساهمة  ksarmohamed في الإثنين يناير 21, 2013 5:50 pm

    * conscience .
    * troubles digestifs .
    * débit de perfusion .
    * perméabilité d’un cathéter , préalablement couvert .
    * drain pleural bien clampé .
    - Une fois l’opération transport terminée , ranger le matériel après l’avoir désinfecté , à sa place habituelle .tout matériel détectant doit être immédiatement signalé et réparé ou remplacé .




    PREPARATION DE LA CHAMBRE DU MALADE
    Elle est composé de :
    a/ le lit :
    - Soit en métal , soit en acier avec des panneaux de formica , une pédale ou un manivelle placée à la tète et au pied du lit permettant de lui donner différentes positions .
    b/ les accessoires :
    - Table de chevet .
    - Table de lit .
    - Une armoire .
    - Escabeau .
    c/ les installations particulières :
    - Source murale d’oxygène reconnaissable à la prise blanche.
    - Source murale d’aspiration reconnaissable à la prise verte .
    - Des prises de courant 2à3 , car on peut avoir à brancher simultanément un matelas alternating , un aspirateur électrique , un cardioscope .
    d/ conditions générales :
    01/ propreté :
    - Il est indispensable de garder propre la chambre ainsi que le matériel qu’elle contient , le formica des membres permet un nettoyage facile avec de l’eau et un antiseptique .
    02/ température :
    - La température ambiante doit se situer aux environs de 20 à 22° ce qui suppose en chauffage correct en hiver et une climatisation en ét
    -
    -
    - 03/ éclairage :
    - La chambre doit disposer d’un éclairage correct .
    04/ sanitaire :
    - Les installations sanitaires ( lavabo , WC … ) doivent être attenantes à la chambre , séparées par une porte .


    POSITIONS DU MALADE ALITE
    01/ INTRODUCTION :
    Il est important l’ors qu’un malade doit rester alité de :
    - Veiller à son confort : en l’installant respecter les courbures normales du corps de façon à ce que son poids soit réparti également et ainsi d’éviter les douleurs musculaires , dues aux positions de compensation .
    - Prévenir les escarres en changeant le malade de position régulièrement afin d’éviter que le même point du corps , soit comprimé longtemps . les changements de position doivent être effectués régulièrement toutes les 3 heures , de jour comme de nuit , et suivant un déroulement organisé .
    02/ POSITIONS :
    Le malade peut être installé dans l’une des trois positions suivantes :
    a/ position couchée :
    c’est la position habituelle , lorsque le malade se met sur le dos , il est dit en DECUBITUS DORSAL , sur le ventre ,en DECUBITUS VENTRAL et sur le coté en DECUBITUS LATERAL .
    b/ position demi assise :
    Elle peut être dictée par un état d’anxiété ou une pathologie cardio-respiratoire .
    - CONTRE INDICATION :
    • Coma ( malade inconscient ) .
    • Si la tête bascule en avant , la coupure des voies respiratoires gênerait le passage de l’air .
    • Si la tête bascule en arrière , la langue peut obstruer le pharynx et des vomissements éventuels seraient inhalés .

    03/ MATERIEL :
    • Des oreillers
    • Un traversin .
    • Un cale pour les pieds .
    c/ position assise :
    - INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS :
    • Sont celles de la position demi-assise .
    04 / MATERIEL :
    • Deux (02) oreillers .
    • Un traversin .
    • Un cale pour les pieds .
    REMARQUE :
    Cette position favorise les escarres du siège .
    DECUBITUS DORSAL :
    01/ indications :
    - Paralysie .
    - Opération de chirurgie générale .
    - Après un prélèvement de liquide céphalo-rachidien .
    02/ contre indications :
    - Insuffisances cardiaques et circulatoires .
    - Malade présentant une abolition du reflexe de déglutition .




    03/ matériel et technique :
    - Petit coussin placé sous la nuque et la tête correspondant à la courbure verticale , la tête ne doit jamais basculer en avant .
    - Des cales pour les pieds qui doivent être bloqués en angle droit et éviter la chute en équin. Les cales doivent être assez hautes pour que les couvertures ne compriment pas les orteils .
    - Les bras soit mis en position de repos ( légèrement abduction. Paumes vers le haut ) .
    DECUBITUS VENTRAL :
    01/ INTRODUCTION :
    Dans cette position le malade est étendu sur l’abdomen , tête tourner sur le coté .
    Certains malade trouvant encore très confortable replier les bras au dessous de la tête .
    02/ indications :
    - Changement de position dans le cadre de la prévention des escarres .
    - Opéré du rectum .
    - Opéré de la colonne vertébrale .
    - Brulés de la région fessière ou dorsale .
    03/ contre indications :
    - Insuffisants respiratoires et cardiaques .
    04/ MATERIEL ET TECHNIQUE :
    - Pas de coussin sous la tête , car accentuation de l’HYPEREXTENTION de la colonne vertébrale .
    - Bras en position de repos ( abduction avec rotation externe ) .
    - Pieds reposant verticalement au bord du matelas ( choisi plus petit que le lit ) .
    POSITION DECLIVE :
    01/ INTRODUCTION :
    Un malade est en position déclive lorsque il est incliné de telle sorte que la tête soit plus base que les pieds .
    02/ indications :
    a/ en décubitus :
    cette position a pour but de permettre une meilleure circulation . elle trouve ses indications dans :
    - Etat de choc .
    - Collapsus .
    - Hémorragie
    - Après un prélèvement important de liquide céphalo-rachidien .
    b/ en position assise ou demi-assise :
    - Chez les malades en extension contenue pour que le corps du malade fasse contre poids .
    - Chez les malades présentant des œdèmes des membres inférieurs .
    - Pour prévenir les phlébites .
    03/ MATERIEL ET TECHNIQUE :
    a/ soulever les pieds du lit :
    - Soit : à l’aide de la manivelle prévue à cet usage , s’il s’agit d’un lit mécanique .
    - Soit : à l’aide des cales placées sous les pieds du lit .
    b/ bloquer la tête du malade avec un traversin à la tête du lit .



    LA DIURESE
    01/ DEFINITION :
    Elle est le volume des urines émises pendant 24 heures .
    La diurèse normale chez un adulte est de : 1,5 L .
    02/ BUT :
    La mesure de la diurèse est mise en route chaque fois qu’il est nécessaire de :
    - Surveiller l’évolution d’un traitement ( TRT ) diurétique .
    - Surveiller l’évolution d’une maladie ( exp : œdèmes ).
    - Procéder à des examens biologiques particuliers .
    03/ MATERIEL :
    - Bocal gradué couvert , portant une étiquette sur laquelle est reportée la date et l’heure de la mise en route de la diurèse .
    04/ TECHNIQUE :
    - Expliquer au malade l’examen et sa conduite .
    - Faire uriner le malade à heure fixe ( exemple à 08 H ) .
    - jeter ces urines .
    - rappeler au malade que toutes les urines émises à partir de ce moment la est jusqu'à 08 H ; le lendemain matin doivent être mises dans un bocal , donc il doit prévenir chaque fois qu’il doit uriner .
    - faire uriner une dernière fois à 08 h le lendemain matin .
    - noter la quantité d’urine émise sur la feuille de température .
    - vider le bocal et reprendre une nouvelle diurèse .
    05/ INTERPRETATION :
    • volume inferieur à 800 ml : oligurie .
    • volume supérieur à 2000 ml : polyurie .
    • pas d’émission d’urine : anurie .



    LA POSE DE L’URINAL
    DEFINITION :
    C’est un récipient de forme spécial , destiné à recevoir les urines , il est soit en verre ou en matière plastique . il est employé particulièrement pour les malades alites .
    Dans la plupart des cas les malades mettent eux même l’urinal , pour les vieillards et les grands malades , c’est l’ATS de s’en occuper .
    Mettre un coussinet à la partie supérieure de l’urinal pour éviter l’irritation ou de petites plaies à la partie interne des cuisses ( ne pas appuyer sur les testicules ) qui peuvent devenir un siège d’escarres .

    ENTRETIEN :
    Il doit être tenu parfaitement propre , le laver à grande eau , s’il reste un dépôt très adhérent mettre ce dépôt en contact avec une solution d’acide acétique et rincer soigneusement .
    Mettre au fond un antiseptique ou un désinfectant pour empêcher les odeurs désagréables .

    N.B :- vider souvent l’urinal , il ne doit jamais être posé à terre mais sur une table réservée à cet usage .
    POSE D’UN BASSIN DE LIT
    01/ préparer :
    - le bassin + du coton cardé .
    - le papier hygiénique si besoin .
    - une cuvette avec eau et savon .
    - alcool et talc .
    - un paravent si le malade est en salle commune .
    02/ technique :
    • mettre le paravent .
    • déborder légèrement lit d’un coté .
    • si le malade est sensible , réchauffer d’abord le bassin en faisant couler de l’eau chaude .
    • faire plier les genoux du malade , relever la chemise , aider le malade à se soulever en plaçant une main sous la région lombaire , glisser le bassin recouvert de coton cardé ,de l’autre main et s’assurer qu’il est bien en place .
    • mettre du papier hygiénique à la porter du malade .
    • si le malade à eu une selle , l’essuyer soigneusement avec du papier hygiénique .
    • enlever le bassin en disant au malade de se soulever .
    • couvrir le bassin l’emporter immédiatement au vidoir , le vider sauf si l’examen des selles est demandé .
    • rincer , essuyer le bassin , revenir avec le bassin prés du malade .
    • si le malade est souillé , faire une toilette et une friction du siège .
    • vérifier l’alèze et recouvrir le malade .
    • laver ou faire laver les mains du malade .
    • remettre tout en ordre et aérer la chambre .

    03/ entretien du bassin :
    Le laver à l’eau courante , chaque fois qu’on s’en est servi .
    Le nettoyer avec une brosse de chiendent plongé dans un antiseptique et veiller à ce qu’il soit bien net et débarrassé des matières fécales .
    Bien essuyer le rebord et l’extérieur .
    Le rincer avec une solution antiseptique et le remettre en place .
    Remarque :
    Il faut noter l’aspect , l’odeur et la quantité de selles émises .
    Elles doivent être gardées si elles présentent un caractère anormal afin d’être montrées au médecin et envoyées au laboratoire .
    Il faut noter également la quantité approximative des urines émises en même temps que les selles .




    SERVICE DES REPAS
    PREPARATION ET TECHNIQUE POUR LE REPAS AU LIT :
    Nous devons faire de notre mieux pour rendre le repas aux malades .
    AVANT LE REPAS :
    - proposer le bassin au malade .
    - aérer et ranger la pièce , vérifier la température ambiante .
    - laver les mains .
    - faire prendre âpres avoir vérifier la dose le ou les médicament prescris avant le repas .
    INSTALLATION DU MALADE POUR LE REPAS :
    • installer le malade le plus confortablement possible le remonter sur le lit , lui mettre un appuis dos (coussin) lui caller les reins , le dos , la nuque avec un oreiller ..
    • mettre une serviette autour du cou ,protéger le linge du lit par une alèze , poser le plateau sur la table de lit prévus à cette usage .
    si le malade ne peux s’assoir lui relever la tête et la nuque , préparer les aliments découper la viande avant de le présenter .
    PREPARATION DU PLATEAU :
    - vaisselle incassable de préférence .
    - vérifier s’il existe un régime spécial pour le malade .
    - vérifier si le nécessaire est sur le plateau, l’assiette sera chaude afin que les aliments les sois aussi .
    - le malade mangera seul , sauf s’il réclame de l’aider .
    - veuillez et contrôler au régime ( aliments interdit qui peuvent être ) .
    APRES LE REPAS :
    - observer les manifestations d’appétit ( diminution , perte , axes ) .
    - faire rincer la bouche au malade .
    - faire observer un repos après le repas .

    PRISE DU POIDS
    01/ DEFINITION :
    La mesure du poids du corps est un élément important d’appréciation de l’état général d’un individu donné .
    02/ LES VARIATIONS PATHOLOGIQUES :
    Une augmentation importante ou au contraire une diminution marquée du poids dépassant plusieurs kilogrammes sont pathologiques et doivent être explorées .
    03/ LES CHIFFRES NORMAUX :
    Le nouveau né à terme pèse 3 kg 250 g en moyenne .
    Il double son poids de naissance à 05 mois .
    Le triple à 01 an .
    Le quadruple à 24 mois .
    Pendant les premiers mois de la vie le gain pondéral est plus important que la croissance staturale .
    04/ AUGMENTATION DE POIDS :
    - Cas particulier du nouveau né : un poids de naissance supérieur à 04 kg s’observe généralement chez les nouveaux nés de mère diabétique .
    - OBESITE : c’est une augmentation de poids , parfois considérable , habituellement de constitution progressive due à une accumulation de tissu graisseux dont la répartition est variable :
    * intéresse tout le corps : obésité harmonieuse .
    * intéresse thorax , cou et bras : androïde .
    * intéresse bassin , hanches et membres inférieurs : obésité ganoïde.



    05/ LES PRINCIPALES CAUSES D’OBESITE SONT :
    - La suralimentation : due à des habitudes familiales .
    - Stimulation du centre de la faim par une lésion cérébral ( traumatisme crânien , choc émotif ) .
    L’obésité expose à des complications : diabétique , goutte … elle diminue également la durée moyenne de vie .
    Œdème :C’est une augmentation de poids par rétention hydrique . chez l’adulte , un gain pondéral quotidien supérieur à 500 g , traduit généralement la constitution d’œdèmes.
    Les principales causes sont :
    • Rénales ( syndrome néphrotique ) .
    • Cardiaques ( insuffisance cardiaque ) .
    • Hépatiques ( cirrhose ) .
    • Malabsorption intestinal .
    • Malnutrition protéique ( KWASHIORKOR ) .
    • Cycliques ( menstruations , grossesse ) .
    06/ LA DIMINUTION DE POIDS :
    L’amaigrissement est une perte de poids qu’il faut différencier de la maigreur .
    L’amaigrissement peut se voir fréquemment dans deux (02) situations :
    - ANOREXIE MENTALE : elle est due à un refus de s’alimenter , lié à une perturbation psychique ( émotivité , lésion cérébrale …) .
    - MALADIES CHRONIQUES  infections , insuffisance rénale , insuffisance hépatique … ) .
    - Dans le diabète insulinodépendant , l’amaigrissement est fréquent malgré une augmentation de l’appétit appelée POLYPHAGIE ou encore BOULIMIE .


    MESURE DE POIDS :
    Le nouveau né et le nourrisson doivent être pesés nus , sur un pèse –bébés . la pesée se fait tous les matins après la toilette , l’enfant est couché en décubitus dorsal .parfois la mesure du poids doit être répétée deux ou plusieurs fois dans la journée ( diarrhée aigue ) .
    Dans tous les cas il faut tarer la balance chaque matin , s’assurer régulièrement de son bon fonctionnement et la désinfection après chaque usage ( l’essuyer avec une compresse imbibée d’alcool ) .
    Chez l’adulte , la pesée est effectuée debout sur une pèse personne soit tous les jours ( s’il ya un retentissement pondéral important ) soit une fois par semaine .
    Chaque mesure du poids doit être portée immédiatement sur la feuille de température ou sur la fiche de surveillance .
    N.B :
    L’intérêt de la surveillance pondérale régulière en particulier chez l’enfant est un bon intérêt du développement . elle permet d’établir une courbe pondérale et de calculer la vitesse de croissance .
    PRISE DE MEDICAMENTS SOUS FORME NON INJECTABLE

    OBJECTIF :
    - Surveiller la prise effective du traitement prescrit par le médecin .
    INDICATIONS :
    - Traitements per os .
    MATERIEL :
    - 01 boite « distribution » de médicaments, avec 04 à 05 compartiments distribuée par l’infirmier ou l’infirmière dans la journée .
    ACTIONS :
    - Observation de la prise médicamenteuse :
    - Rappeler au malade de prendre son traitement .
    - Lui donner la boite et lui indiquer le compartiment correspondant au moment de la journée .
    - Aider le malade à saisir dans la boite son traitement .
    - Lui retirer les emballages si besoin .

    TRANSMISSIONS :
    Transmissions orales à l’infirmier ou l’infirmière et écrites sur le dossier de soins .
    - Signaler à l’infirmier ou l’infirmière les omissions de traitement , les difficultés à avaler , les refus de prise de traitement … .

    AIDER LE MALADE POUR LE LEVER ET SE MOUVOIR
    INTRODUCTION :
    Le lever du malade intervient avec une décision médicale .
    INDICATIONS :
    Lever pré cause : pour un opéré au lendemain d’une intervention ou même quelques heures après .
    Lever tardif : convalescence après une langue maladie .
    MATERIEL :
    - un fauteuil ou une chaise confortable Garnier d’une couverture .
    - une alèze de toile et un oreiller .
    - pyjama ou robe de chambre
    - pantoufle .
    - un coussin ou un petit tabouret un éscabot à mettre sous les pieds .
    - alèze et linge propre si besoin et corbeille à linge sale pour la réfection de lit .
    - tension mettre , montre trotteuse .


    TECHNIQUE :
    • fermer porte et fenêtres .
    • mettre le fauteuil ou la chaise auprès du lit .
    • disposer l’oreiller .
    • prendre le pouls du malade et sa tension artérielle.
    • Faire assoir le malade au bord de lit les jambes pendante lui mettre l’éscabot .
    • Mettre les pantoufles et sa robe de chambre .
    • Prendre le pouls s’il ya accélération ou diminution par apport à la première mesure .


    • Recoucher le malade s’il présente des vertiges .
    • Surveiller le faciès .
    • Porter le malade avec un aide et l’installer dans le fauteuil.
    • Prendre le malade par la taille et sous les cuisses .
    • Mettre une couverture sur ses genoux .
    • Refaire le lit tout en surveillant le malade .
    • Le premier lever ne dépasse pas 10 minutes , les jours suivants cette durée sera progressivement prolonger .
    • Lorsque le malade peut marcher après avoir laisser assis 10 minutes au bord du lit , aider le malade a se mettre sur ces pieds .
    • Se tenir derrière lui et l’aider en mettant les bras sous l’aisselle de malade pour bien le soutenir et l’empêcher à glisser , il faut lui faire quelques pas puis l’assoir dans le fauteuil .





    LA TEMPERATURE
    01/ DEFINITION :
    La température est le degré de chaleur de l’organisme , elle peut être physiologique normal ou pathologique cause de maladies .

    Le thermomètre médical :
    C’est un instrument qui sert à mesurer La température interne du corps . il est constitué d’un réservoir surmonté d’un tube de verre partiellement rempli de mercure .le tube ou tige porte une graduation en dixième de degré allant de 35 à 42 °C .
    Il doit être individuel , âpres avoir servi il faut le laver avec de l’eau froide et savonneuse , ou le nettoyer avec du coton imbibé de DAKIN ( anti –septique ), mais jamais à l’alcool ce qui a pour effet de fixer les matières fécales qui ont put le souillées .
    Il est ensuite mis dans un flacon contenant un antiseptique ( DAKIN ).
    Un thermomètre ayant tremper dans de l’alcool sera essuyer avec soins avec du coton sec avant de la donner au malade , l’alcool peut provoquer des héritassions de la muqueuse anale .

    02/ DIFFERENTES FACONS DE PRENDRE LA TEMPERATURE :
    - La température rectale .
    - La température axillaire .
    - La température buccale .



    a/ la température rectale :
    La température rectale est la plus précise .
    - S’assurer que le malade sache mettre en place le thermomètre , et qu’il na pas besoin d’aller faire ses selles .
    - Chez les enfants , les inconscients , les vieillards, les nourrissons vous devez maintenir le thermomètre , le lubrifier avec de la vaseline si besoin avant de le placer .
    - Le laisser en place pendant 3 mn .
    - Le malade peut être en décubitus latéral ou ventral .
    - La température doit toujours être prise à la même heure après un repos de 20 mn .

    b/ La température axillaire :
    - La température axillaire est inferieur d’un demi degré par rapport à La température rectale .
    - Il faut tamponner les aisselles avec du coton hydrophile sec pour essuyer la sueur , ne pas frotté
    - Laisser le thermomètre 10 mn .
    - Noter ou spécifier sur la feuille de température qu’il s’agit d’une température axillaire , car celle-ci est plus base que La température rectale , il faudra donc ajouter 5/10 .

    c/ La température buccale :
    - Un thermomètre plus fin est placé sous la langue , bouche fermée sans serrer les dents .
    - Elle ne doit pas être mesurée chez l’enfant et le sujet agité .


    03/ VARIATIONS PHYSIOLOGIQUES :
    Elles dépend de plusieurs facteurs .
    a/ l’heure :
    il existe une différence entre La température du MATIN et celle du SOIR normalement La température est environ 36° 8 le matin et 37°,5 le soir .
    b/ la digestion :
    le repas augmente de quelque dixième La température .
    c/ travail physique ou effort :
    augmente de quelque dixième La température .
    d/ le repos et le sommeil :
    diminue La température .
    04/ VARIATIONS PATHOLOGIQUES :
    a/ l’hyperthermie :
    c’est l’élévation de La température au dessus de la normale entre : 37°,5 et 40° .
    b/ l’hypothermie :
    c’est la diminution de La température au dessous de la normale elle varie entre : 32° et 36° .
    05/ LES PRECAUTIONS A APPRENDRE POUR LA PRISE DE LA TEMPERATURE :
    • Vérifier que le thermomètre n’est pas cassé .
    • Vérifier qu’il est bien gradué.
    • Le secouer avant tout emploie .
    • Bien l’essuyer après chaque usage
    • Le mettre dans un verre à pied ou dans un flacon contenant du coton et du dakin .

    06/ CONTRE INDICATIONS DE LA MESURE DE LA TEMPERATURE RECTALE :
    • Hémorroïdes ou fissure anale .
    • Intervention au niveau de la région ano-rectale .
    07/ MATERIEL :
    - Un plateau .
    - Un haricot .
    - Du coton hydrophile .
    - Un verre à pied contenant des thermomètres .
    - Une feuille de température .
    08/ TECNIQUE :
    - Prévenir le malade .
    - Malade peut être en décubitus latéral ou ventral.
    - Sécher le thermomètre s’il est trempé auparavant dans une solution antiseptique ( risque d’irritation de la muqueuse anale .
    - Chez le malade inconscient et le jeune enfant introduire le thermomètre dans la nus .
    - Le thermomètre doit être laissé en place 03 mn et 10 mn pour La température auxiliaire .
    - Retirer le thermomètre , l’essuyer rapidement de haut en bas lorsque cela est nécessaire .
    - Transcrire immédiatement le résultat sur la feuille de température .
    09/ NETTOYAGE ET RANGEMENT DES THERMOMETRES :
    - Laver le thermomètre à l’eau savonneuse après usage .
    - Le rincer et le sécher .
    - Le remettre dans son étui ou dans un verre à pied contenant du coton avec solution d’antiseptique ( dakin ) .
    N.B :
    * le thermomètre d’un malade contagieux sera individuel .
    REMARQUE :
    - En cas de maladie infectieuse se propageant par les selles , le thermomètre ne doit pas servi qu’une seul fois après leur stérilisation .
    10/ TRANSCRIPTION DE LA TEMPERATURE :
    Elle est transcrit sur la feuille de température en BLEU ( ou selon les habitudes du service ) sur un plan dont les coordonnées sont le temps ( MATIN /SOIR ) et les degrés .
    Le temps est représenté par des colonnes disposées verticalement .
    Les degrés sont représentés par des lignes horizontales dont l’intervalle est devisé en cinq petites cases représentant chacune 2/10 de degrés .
    N.B :
    le tracé de la température sera assuré matin et soir pendant tout les séjour du malade à l’hôpital .
    11/ DIFFERENTES COURBES DE TEMPERATURE :
    La courbe de température qui résulte de l’enregistrement BIQUOTIDIEN et à l’heure fixe , permet de fournir des renseignements sur l’état du patient , tels que :
    a/ le clocher thermique :
    il s’agit d’une élévation brusque et courte de la température correspondant à une décharge microbienne ou toxique dans le sang .
    b/ la fièvre intermittente :
    c’est une succession régulière d’accès fébriles tous les 2 à 3 jours avec une température normale entre les accès , constaté en cas de paludisme .
    c/ la fièvre en plateau ou continue :
    c’est une élévation de la température plus ou moins régulière , se maintenant plusieurs jours , caractérisant la période d’état de certains maladies infectieuses ( fièvre typhoïde , pneumonie …) .
    d/ la fièvre ondulante :
    il s’agit d’une courbe caractérisée par des périodes d’hyperthermies , séparée par des périodes d’apyrexies ou normales de durée sensiblement égale ( brucellose , typhus ) .
    e/ la fièvre inversée :
    c’est une température plus élevée le matin que le soir se remarque en cas de tuberculose .
    f/ la fièvre hectique :
    elle est caractérisée par des grandes oscillations de température entre : 37° C et 37,5° C le matin et 41,5°C le soir .

    LA FEUILLE DE TEMPERATURE
    01/ NOTER :
    - Nom et prénom du malade .
    - Age du malade .
    - N° du lit du malade .
    - Nom du service .
    - Mois , l’année , le jour , la date de chaque jour .
    - La date et le jour de l’intervention de l’opération en cas d’intervention chirurgical .
    - La température .
    - Pulsation ( le pouls ) .
    - La tension artérielle ( TA ) .
    - Les mouvements respiratoires .
    - Volume des urines .
    - Le poids .
    - Le traitement appliqué .
    - Les examens effectués .
    REMARQUE :
    - L’ATS doit veiller à la bonne tenu de la feuille de température , les ordonnances du médecin , les bons de laboratoire .
    - Ces feuilles de températures seront gardés soit dans le dossier médical soit dans un registre particulier au service .
    LES PULSATIONS
    - DEFINITION :
    Le pouls est la sensation de soulèvement rythmique perçu par les doigts qui dépriment la peau sur le trajet d’ une artère superficielle ( exemple : artère radiale )c’est la perception tactile d’ une onde transmise dans un milieu liquide ( sang ) par chaque contraction du ventricule gauche , cette onde est transmise à l’ ensemble du système artériel .
    - INTERET DE LA PRISE DU POULS :
    La prise du pouls nous renseigne sur :
    • Le nombre de contractions cardiaque ou fréquence cardiaque .
    • Le rythme cardiaque : régulier ou irrégulier .
    • Son intensité ou amplitude : fort , faible , filant…

    - CHIFFRES NORMAUX ET VARIATIONS PHYSIOLOGIQUES :
    La fréquence du pouls varie suivant l’ âge et certains facteurs de façon physiologique .
    Suivant l’âge :
    - Nouveau – né : ----------130 à 140 B/mn .
    - Nourrisson :-------------- 100 à 130 B/mn .
    - Enfant :-------------------- 90 à 100 B/mn .
    - Adolescent :--------------80 B/mn .
    - Adulte homme :---------70 à 80 B/mn .
    - Adulte femme :---------- 60 B/mn .
    - Vieillard :------------------ 60 B/mn .
    Autres Variations :
    • Le pouls s’ accélère au cours de l’ effort physique , la digestion , l’ émotion ( peur , joie , colère … ) .
    • Le pouls se ralentit au cours du sommeil .
    - VARIATIONS PATHOLOGIQUES :
    Les variations pathologiques du pouls reflètent l’ état du cœur , elles sont en rapport avec la fréquence , son rythme et son amplitude .
    01/ l’ accélération du pouls :
    Elle traduit une tachycardie , c’est à dire une accélération du rythme cardiaque ; elle peut être transitaire ou permanente .
    - Tachycardie transitoire :
    • Etats fébriles : l’élévation de la température d’un degré augmente la
    fréquence cardiaque de 20 battements / mn .
    • La douleur .
    • Intoxications .
    - Tachycardie permanente :
    • Certains cardiopathies .
    • Phlébites .
    • Hyperthyroïdie .
    02/ ralentissement du pouls :
    Il traduit une bradycardie ; c'est-à-dire un ralentissement du rythme cardiaque .
    - Affections cardiaques ( lésions du plexus de HIS ) .
    ENDROIT DE PRISE DU POULS :
    Le pouls peut être pris au niveau de n’importe quelle artère dont une partie du trajet est superficielle :
    - Artère radiale . – artère temporale .
    - Artère humérale . – artère fémorale .
    - Artère carotide . – artère poplité .
    TECHNIQUE :
    - La prise du pouls se fait chez un sujet au repos .
    - Poser la pulpe des 2 doits d’une main ( index et majeur ) .sur le bord externe du poignet ( pour artère radiale ) .
    - Appuyer doucement à ce niveau et ce concentrer pour percevoir les pulsations .
    - Attendre quelques secondes , puis compter le nombre de pulsations en une minute en s’aidant d’une montre « trotteuse » .



    - LA TENSION ARTERIELLE –
    01/ DEFINITION :
    La tension artérielle est la pression sous laquelle le sang circule dans les vaisseaux (artères ) .
    Cette pression résulte de trois facteurs :
    - La force de contraction cardiaque .
    - La masse sanguine .
    - La résistance des parois des vaisseaux .
    02/ INTERET DE LA PRISE DE LA TENSION ARTERIELLE ( TA ) :
    • La prisse de la TA renseigne sur :
    - L’état du cœur ( travail cardiaque ) .
    - L’état des vaisseaux ( résistance ) .
    - La masse sanguine .
    03/ CHIFFRES NORMAUX ET VARIATIONS PHYSIOLOGIQUES :
    La TA est mesurée par deux valeurs :
    • Une maxima .
    • Une minima .
    - La minima est égale à la moitié de la maxima plus un
    La maxima ou systolique indique la contraction du ventricule gauche – elle correspond au premier bruit ( B1 ) perçu à l’auscultation cardiaque .
    - La minima ou diastolique traduit la résistance des
    vaisseaux - elle correspond au repos du ventricule gauche ( diastole ) .
    La TA s’exprime en mm de mercure ( Hg ) .
    -Les valeurs normales chez l’adulte :
    * Maxima :--------- 12à 14 mm hg.
    * Minima :---------7 à 8 mm hg .
    - La TA varie en fonction du :
    * sexe : elle est plus basse chez la femme que chez l’homme du même âge .
    * âge : chez le nouveau ne la TA est de 7/4 mm hg elle s’élève avec l’âge .
    * l’effort , les émotions et la digestion augmente la TA .
    * le repos et le sommeil la fond baisser .
    04/ VARIATIONS PATHOLOGIQUES :
    On parle hypertension artérielle ( HTA ) quand les valeurs notées dépassent 15 pour la maxima et 9 pour la minima (15/9) .
    - Néphropathies .

    - HTA essentielle ou idiopathique (sans cause connue) .
    - Maladie endocriniennes (hyperthyroïdie) .
    à l’inverse il ya hypotension artérielle lorsque les valeurs enregistrées sont inferieures à 10 pour le maxima (10/7) .
    - Etat de choc .
    Enfin la différentielle est dite pincé lorsque la différence entre la maxima et la minima est inferieure à 3 .
    05/ MATERIEL :
    - brassard en matière plastique , en toile ou en tissu de largeur suffisante ( doit couvrir les 2/3 du bras ) .
    - sphygmomanomètre avec colonne de mercure ou un cadran circulaire ( remettre au zéro avant tout usage ) .
    - stéthoscope .

    06/ TECHNIQUE :
    1)- PREPARATION DU MALADE :
    * le sujet doit être allongé .
    * au repos depuis 10 munîtes au moins .
    * en dehors des périodes de digestion .
    2)- MODE OPERATOIRE :
    * découvrir le bras du malade ( faire enlever les vêtements trop serrés ) * appliquer le brassard qui doit couvrir les 2/3 du bras et toute sa circonférence. * réparer avec les doits les pulsations de l’ artère humérale .
    * appliquer à ce niveau le pavillon du stéthoscope .
    * fermer la vis du tensiomètre .
    * gonfler rapidement ( en imprimant des pressions rythmiques sur la poire ) le brassard jusqu'à ce que l’aiguille dépasse largement les chiffres normaux 20 à 25 mm ) on ne doit percevoir qu’ un silence à l’ auscultation .
    * décomprimer progressivement le brassard en ouvrant doucement la vis .
    * noter le chiffre ( inscrit sur le cadran ) ou les bruits apparaissent : onde systolique ou maxima .
    * on entend alors des bruits réguliers au fur et à mesure de la décompression ( pulsations ) .
    * noter de nouveau le chiffre ou disparait le dernier bruit précédant le silence auscultatoire e : minima .
    * enlever le brassard .
    * inscrire immédiatement la TA relever sur la feuille de température ou sur la fiche de surveillance .

    Remarque
    - En absence de stéthoscope la TA peut être prise à la main, seule la maxima est alors notée .
    - Il existe d’autres moyens pour prendre la TA :
    . technique du flush chez le Nouveau-né
    . sonde doppler : nouveau-né, nourrisson
    . moniteurs multiparamétriques sont équipés de fonction permettant la mesure automatique de pression artérielle .
    . de nombreux modèles de tensiomètre sont disponibles en pharmacie .


    LA RESPIRATION
    01/ DEFINITION :
    La respiration est une fonction essentielle des poumons permettant d’approvisionner l’organisme en oxygène et d’en éliminer le gaz carbonique .
    La respiration est composée de deux mouvements :
    L’un INSPIRATOIRE ( oxygène ) et l’autre EXPIRATOIRE ( gaz carbonique ).
    A l’état normal , elle est involontaire , inconsciente et s’effectue de façon automatique .
    02/ VARIATIONS DE LA RESPIRATION :
    Elles sont de deux ordres :
    a/ physiologique : normale .
    b/ pathologique : anormale .
    les variations physiologiques :
    - Au repos , la fréquence respiratoire varie avec l’âge :
    * chez le nouveau né : 30 à 45 mouvements par minute .
    * chez l’enfant : 30 à 40 mouvements par minute .
    * chez l’adulte : 16 à 20 mouvements par minute .
    - Le repos et le sommeil ralentissent la fréquence respiratoire alors que l’émotion , l’exercice physique et l’attitude l’accélèrent .
    Les variations pathologiques :
    - Apnée : arrêt plus au moins prolongé de la respiration .
    - Polypnée : accélération de la fréquence respiratoire .
    - Bradypnée : ralentissement de la fréquence respiratoire .
    - Dyspnée : difficulté à respirer .


      الوقت/التاريخ الآن هو الخميس سبتمبر 21, 2017 10:33 am