قصر الحيران

Mohamed.N


    SEMIOLOGIE DE L’APPAREIL URINAIRE

    شاطر
    avatar
    ksarmohamed

    المساهمات : 70
    تاريخ التسجيل : 07/12/2012

    SEMIOLOGIE DE L’APPAREIL URINAIRE

    مُساهمة  ksarmohamed في الإثنين يناير 21, 2013 4:58 pm

    SEMIOLOGIE DE L’APPAREIL URINAIRE
    L’étude de la sémiologie urinaire repose sur l’interrogatoire , l’examen clinique , un examen des urines et des examens complémentaires .
    Les signes fonctionnels :
    L’interrogatoire va rechercher la notion de douleurs , de troubles de la miction et d’anomalies quantitatives de la diurèse .
    01/ les douleurs :
    La douleur la plus typique est la douleur de la colique néphrétique qui réalise un syndrome douloureux paroxystique .
    02/ les circonstances déclenchantes sont :
    - Les microtraumatismes : tel un long voyage en voiture .
    - Une cure thermale .
    - Un écart alimentaire : tel un repas riche en viande .
    03/ les prodromes :
    Douleurs lombaires vagues , brulures à la miction , parfois hématurie .
    04/ le début :
    Est le plus souvent brutal : la crise de colique néphrétique associe la douleur et les troubles de la miction .
    - La douleur :
    Siege : lombo-iliaque unilatérale à irradiation descendantes vers la région inguino-génitale .
    Type : sensation de déchirement , de brulure ou de piqure .
    Intensité : extrême , douleur atroce , permanente avec paroxysmes , le malade est agité , anxieux , cherchant en vain une position antalgique , d’où le nom de (( colique frénétique )) .
    - Les troubles de la miction :
    Envie impérieuse d’uriner se terminant par l’émission de quelques gouttes d’urine très foncées ( oligurie ) , contenant du sang ( hématurie ) .
    05/ l’examen clinique :
    Est normal : il n ya pas de contracture abdominale .

    -01-
    06/ l’évolution de la crise :
    Est favorable en quelques heures , en moyenne huit heures , la fin de la crise est marquée par une polyurie variable débâcle urinaire , qui s’accompagne parfois de l’élimination d’un calcul .
    07/ les examens complémentaires :
    - Au moment de la crise : la radiographie de l’appareil urinaire sans préparation peut montrer l’opacité d’un calcul , l’urographie intraveineuse ( U.I.V )montrera un rein muet du coté de la douleur .
    - Apres la crise : l’U.I.V pourra objectiver le ou les calculs.
    08/ valeur sémiologique :
    C’est essentiellement la lithiase urinaire , les autres causes sont :
    • La migration d’un caillot sanguin .
    • Une coudure urétrale .
    • Une ptose rénale .















    -02-
    LES TROUBLES DE LA MICTION
    La miction normale :
    Le sujet urine 3à5 fois dans la journée et une fois la nuit .
    chaque miction a un volume compris entre 100 et 300 ml.
    La miction normale se fait sans effort avec un jet régulier et sans fuite post-mictionnelle .
    Les troubles de la miction :
    - Les brulures mictionnelles :
    Doivent faire rechercher une infection urinaire .
    - La dysurie :
    Elle est définie comme une difficulté à la miction , la vessie se vide avec effort , lentement , en plusieurs temps l’existence d’une dysurie oriente vers un obstacle uretro-prostatique .
    - La pollakiurie :
    Elle est définie comme la fréquence exagérée des mictions , elle est surtout nocturne prédominant dans la deuxième partie de la nuit .
    Elle peut être en rapport avec :
    • Une polyurie : excès de boisson , diabète , insuffisance rénale .
    • Une réduction de la capacité vésicale :par anomalie de la vessie ou par compression extrinsèque .
    • Une stagnation vésicale : au cours de la rétention chronique incomplète d’urine.
    - La rétention chronique incomplète des urines :
    Elle est due à un obstacle à l’évacuation vésicale réalisé par l’adénome de la prostate .
    Elle évolue en deux phases :
    • Phase de stagnation vésicale sans distension : le malade présente une pollakiurie avec dysurie .
    • Phase de stagnation vésicale avec distension : le malade urine sans arrêt en perdant quelques gouttes , c’est la miction par regorgement qui réalise une pseudo-incontinence .
    - La rétention chronique complète des urines :
    elle survient chez un malade ayant un long passé de dysurie , elle est peu douloureuse , elle est soulagée passagèrement par le sondage vésical qui n’entraine pas de reprise de la miction spontanée .

    -03-
    - La rétention aigue d’urine :
    est un accident aigu , c’est l’impossibilité de vider la vessie , elle se présente comme une envie d’uriner douloureuse .
    Le sondage vésical doit être fait d’urgence , il va être suivi d’une reprise normale de la diurèse .
    Les causes principales :
    Les causes principales sont :
    • Traumatiques : rupture de l’urètre , atteinte de la commande nerveuse après fracture du rachis , postopératoires reflexes .
    • Le rétrécissement urétral et l’adénome prostatique ( chez l’homme) .
    • Compression de l’urètre par un utérus gravidique ou une tumeur pelvienne ( chez la femme) .
    - La pyurie : c’est la présence de pus dans les urines , les urines ont un aspect trouble .
















    -04-
    HEMATURIE
    01/ DEFINITION :
    C’est la présence du sang dans les urines , on distingue deux types d’hématuries :
    a/ hématurie macroscopique :
    les urines sont colorées en rouge vif ou sombre , elle devra être distinguée d’une hémoglobinurie , d’une coloration alimentaire ou médicamenteuse , d’où l’importance de l’examen cytologique au microscope qui mettra en évidence les hématies ou globules rouges .
    b/ hématurie microscopique :
    les urines sont claires , l’hématurie n’est décelable que par l’examen cytologique des urines :
    - Soit numération des hématies par mm3 qui sera supérieure à 5 hématies par mm3 .
    - Soit par le compte d’addis qui est la mesure du débit des hématies par minute qui sera supérieur à 5000 hématies par minute .
    Afin de préciser l’origine de l’hématurie , on procédera à l’examen des trois verres .
    Le malade doit uriner successivement dans trois verres au cours de la même miction .
    • Le premier verre recueille le début de la miction ou premier jet .
    • Le deuxième verre , la presque totalité de la miction .
    • Et le troisième , la fin de la miction .
    Cette épreuve permet de distinguer trois types d’hématurie :
    - L’hématurie initiale : seul le premier verre est teinté , c’est le premier jet qui rince la lésion (( l’hématurie est d’origine uretro-prostatique .
    - L’hématurie terminale : seul le troisième verre est teinté , la vessie en se vidant saigne , (( l’hématurie est d’origine vésicale )) .
    - L’hématurie total : elle teinte les trois verres , le sang provenant du rein est mélangé à l’urine : (( l’hématurie est d’origine rénale )) .

    En cas d’hématurie abondante , l’épreuve des trois verres , est inutile , car quelque soit son origine l’hématurie est toujours totale .

    -05-
    Examen complet :
    L’hématurie impose un examen complet :
    - Recherche d’un gros rein .
    - Des points douloureux urétéraux .
    - Le T.R est un examen général.
    - La cystoscopie est indispensable lorsque la cause n’est pas évidente .
    Les causes des hématuries :
    - Uretro-cervico prostatiques : ( adénome de la prostate et cancer de la prostate ) .
    - Vésicale : ( les cystites aigues ou chroniques , la lithiase vésicale , la bilharziose et les tumeurs ) .
    - Rénales : ( la lithiase , la tuberculose , le cancer du rein , la maladie poly kystique des reins .
















    -06-
    INCONTINENCE
    Définition :
    Emission involontaire des urines ou des métiers fécales.
    Incontinence d’urine :
    Elle peut être due :
    - soit à un trouble ou une lésion nerveuse .
    - Soit à une lésion des voies urinaires .
    Les incontinence d’origine nerveuse :
    Se voient dans :
    • les comas.
    • Les paraplégies .
    • Certaines hémiplégies .
    Les incontinences dues à une lésion organique urinaire :
    Sont au contraire du domaine chirurgical et bénéficient de diverses interventions .
    L’incontinence par regorgement :
    Traduit une distension de la vessie par obstacle à la miction .
    C’est en suppriment cet obstacle que l’on fera disparaitre l’incontinence .
    L’incontinence par insuffisance sphinctérienne ou incontinence d’effort :
    Est presque uniquement observée chez la femme , celle-ci perd ses urines quand elle fait un effort , tousse , ou rit .







    -07-
    RETENTION D’URINE
    Rétention aigue :
    C’est l’impossibilité totale et soudaine d’uriner malgré tous les efforts que fait le malade pour satisfaire son envie .
    La vessie est tendue , douloureuse , palpable ( globe vésicale ) .
    Cet accident angoissant impose le sondage vésical évacuateur d’urgence , il fait rechercher ensuite la cause de cet accident , aigue et la traiter ; il peut s’agir , chez l’homme , d’une affection de la prostate ou de l’urètre postérieur , et dans deux sexes , de troubles neurologique on de conséquences d’intervention chirurgicales sur l’abdomen , et surtout sur les organes du bassin .
    Rétention chronique :
    C’est l’impossibilité de vider complètement sa vessie lors de chaque miction .
    L’urine restant dans la vessie après la miction est appelée (( résidu vésical )) , résidu dont la quantité peut être importante et méconnue du malade .
    Il existe ce qu’on appelle une (( vessie de lutte )) avec hypertrophie de certains faisceaux musculaires .
    La rétention chronique est essentiellement le fait des affections de la prostate ( adénome ou cancer ) .











    -08-
    LES TROUBLES DE LA DIURESE
    Polyurie :
    Définition :
    C’est une augmentation importante de la diurèse qui devient supérieure à 3 litres par 24 heures .
    Elle peut relever de plusieurs causes
    Les causes :
    • Un excès de boisson , c’est la potomanie .
    • Le diabète sucré : l’hyperglycémie entraine une diurèse osmotique .
    • Le diabète insipide par anomalie de la posthypophyse ( insuffisance de sécrétion d’ADH ) : la diurèse est très abondante 4 à 5 litres par 24 heures faite d’urines très claires , de densité faible .
    La polyurie ne diminue pas lors de la restriction des boissons .
    L’administration d’ADH permet d’obtenir une diurèse normale .
    • Le diabète insipide d’origine rénale : par anomalie du tube distal ou du tube collecteur , elle a les mêmes caractères que la précédente , mais elle n’est pas modifiée par l’administration d’ADH .
    Oligurie :
    Définition :
    Est une diminution importante de la diurèse qui devient inferieure à 300 ml par 24 heures .
    Causes :
    Elles s’observent dans certaines formes :
    • D’insuffisance rénale .
    • De syndrome néphrétique .
    • D’insuffisance ventriculaire droite du cœur .
    • Des «états de choc .




    -09-
    La dysurie :
    Definition
    Elle est définie comme une difficulté à la miction , la vessie se vide avec effort , lentement , en plusieurs temps l’existence d’une dysurie oriente vers un obstacle uretro-prostatique .

    pollakiurie :
    définition :
    Elle est définie comme la fréquence exagérée des mictions , elle est surtout nocturne prédominant dans la deuxième partie de la nuit .
    Elle peut être en rapport avec :
    • Une polyurie : excès de boisson , diabète , insuffisance rénale .
    • Une réduction de la capacité vésicale :par anomalie de la vessie ou par compression extrinsèque .
    • Une stagnation vésicale : au cours de la rétention chronique incomplète d’urine.
    Anurie
    Définition :
    On parle d’anurie toutes les fois que la sonde introduite dans la vessie d’un malade qui n’a pas uriné depuis quelques heures ou quelques jours , ne ramene pas d’urine , ce qui permet d’éliminer une rétention d’urine .
    Causes :
    • Il existe de très nombreuses causes d’anurie :
    - Une obstruction des voies urinaires ( lithiase urétérale ) .
    - Des perturbation circulatoires ou humorales retentissant sur le rein .
    - Chute de tension artérielle au dessus de 7 mm de mercure .
    - Transfusion avec erreur de groupe .
    Signes :
    - Nausées .
    - Anorexie .
    - Vomissements .
    - Céphalées .
    - Syndrome hémorragique .

    -10-
    Signes biologiques :
    - Montée de l’urée sanguine jusqu'à 7 g et plus .
    - Acidose métabolique .
    - Hyperkaliémie .























    -11-
    LES OEDEMES
    01/ définition :
    Les œdèmes réalisent une infiltration sous cutanée en rapport avec une rétention hydrique , qui va entrainer un excès de poids aux dépens du secteur liquidien extracellulaire .
    Leur existence doit être soupçonnée devant toute prise de poids quotidienne égale ou supérieure à 500 g .
    02/ étude sémiologique :
    C’est l’examen clinique qui va permettre de reconnaitre les œdèmes .
    • Leur siège : ils peuvent être :
    - Localisés : soit aux régions déclives : chez les sujets debout : région malléolaire ( chevilles ) et jambes ( le long de la face interne du tibia ) , chez le malade couché m région lombaire et face interne des cuisses , soit aux régions ou le tissu cellulaire est le plus lâche : paupières , dos des mains .
    - Généralités : a tout le tissu cellulaire sous cutanés , ils sont bilatéraux et symétriques .
    Les œdèmes généralisés peuvent être associés à des épanchements des séreuses ( pleural : hydrothorax , péritonéal : ascite ). Cet ensemble réalise un tableau d’anasarque .
    • Leur aspect : les œdèmes se traduisent par :
    - A l’inspection : une augmentation de volume de la région la peau est lisse , luisante , avec effacement des saillies et des méplats .
    - A la palpation : le signe du godet : la pression du doigt laisse une empreinte sur la peau .
    L’aspect des œdèmes va varier en fonction de leur causes :
    - Les œdèmes de type rénal ou hépatique sont blancs , mous , indolores , gardant bien le godet .
    - Les œdèmes de causes cardiaques sont roses ou rouges , violacés , douloureux , fermes , gardant mal le godet .
    En fait l’aspect des œdèmes est aussi fonction de leur ancienneté :
    - Récents : ils sont mous , prenant bien le godet .
    - Anciens : ils sont fermes et douloureux .



    -12-
    03/ les causes :
    - Rénale ( syndrome néphrotique et glomérulo-néphrétique aigue ) .
    - Hépatique ( cirrhose ) .
    - Cardiaque ( insuffisance cardiaque globale ou droite ) .























    -13-
    LES AFFECTIONS RENALES
    Insuffisance rénale :
    01/ définition :
    L’insuffisance rénale est l’incapacité des urines à filtrer correctement les résidus métaboliques du sang .
    L’insuffisance rénale peut être provoquée par différentes causes , certaines entrainent une détérioration rapide de la fonction rénale (L’insuffisance rénale aigue ).
    D’autres conduisent à une détérioration graduelle (L’insuffisance rénale chronique ).
    02/ L’insuffisance rénale aigue :
    L’insuffisance rénale aigue est une détérioration rapide ( en quelques jours ou semaines ) de la capacité des reins à filtrer les résidus métaboliques du sang .
    L’insuffisance rénale aigue peut être provoquée par toute condition qui entraine la diminution de l’apport de sang aux reins , ou par l’obstruction du flux d’urine à tout endroit des voies urinaires .
    L’insuffisance rénale peut également être liée à une pathologie qui atteint les reins eux-mêmes .
    Chez des nombreuses personnes , aucune cause d’insuffisance rénale aigue ne peut être identifiée.
    03/ symptômes :
    Les symptômes dépendent de la gravité de L’insuffisance rénale de sa vitesse de progression et de ses causes profonds .
    • Rétention de liquide qui se manifeste par un gonflement des pieds et des chevilles , voire du visage et des mains .
    • L’émission d’urine brun foncé .
    • HTA .
    • Asthénie .
    • Vomissements .
    • Douleur abdominal.
    • Perte d’appétit .

    -14-
    • Vertige .
    • Des nausées .
    • Prurit généralisé.
    • Tachycardie .
    04/ les principales causes d’insuffisance rénale aigue :
    - Apport insuffisant de sang en raison des pertes sanguines , de grave perte de sodium et d’eau ou de lésion des vaisseaux sanguins .
    - Pompe cardiaque insuffisante ( insuffisance cardiaque ) .
    - Pression artérielle extrêmement basse ( choc ) .
    - Insuffisance hépatique ( syndrome hépatorénal )
    Obstruction du flux des urines :
    - Hypertrophie prostatique .
    - Tumeur qui comprime ou obstrue les voies urinaires .
    - Calculs .
    Lésions à l’intérieur du rein :
    - Réaction allergique par exemple : ( produit de radio opaque utilisé pour le diagnostique radiographie ) .
    - Substances toxiques ( médicaments , poisons ) .
    - Obstruction des artères ou des veines à l’intérieur du rein .
    - Obstruction à l’intérieur du rein ( par exemple d’acide urique ) .
    - Intervention chirurgicale qui peut léser le rein .
    - Traumatisme rénal , comme en cas de plaie abdominale .
    05/ traitement :
    - Le médecin interdit la prise de toutes les substances qui sont éliminées par les reins , dont de nombreux médicaments .
    - L’apport en eau est limité du au renouvellement des pertes des tissus à moins qu’une réhydratation ne soit nécessaire .
    - Le poids de la personne est évalué quotidiennement afin de suivre l’apport réel en liquides .
    - L’insuffisance rénale aigue peut se prolonger , ce qui rend nécessaire l’élimination des déchets et de l’eau en excès par dialyse , en général , l’hémodialyse peut n’être nécessaire que temporairement jusqu’au rétablissement de la fonction rénale qui survient en général en quelques jours ou semaines .

    -15-
    06/ L’insuffisance rénale chronique :

    L’insuffisance rénale chronique est une détérioration lente et progressive ( qui s’étend sur des mois et des années ) de la capacité des reins à filtrer les résidus métaboliques du sang .
    De nombreuses maladies peuvent endommager le rein de façon irréversible .
    L’insuffisance rénale aigue peut devenir chronique si la fonction rénale n’est pas rétablie après traitement .

    Les causes :
    - Le diabète sucre suivi par l’élévation de l’HTA , les deux conditions endommagent directement les vaisseaux rénaux de petit diamètre .
    - Obstruction des voies urinaires .
    - Des anomalies rénales ( telles que la maladie rénale poly kystique ou de la glomérulonéphrite ) .
    - Des maladies autre –immunes ( telles que le lupus érythémateux disséminé ).
    Symptômes :
    - Des hématomes ( ecchymoses ) ou à saigner pendant un temps inhabituelle long après des coupures ou autres lésions .
    - Diminution de la capacité de l’organisme à combattre les infections .
    - Une faiblesse musculaires ( hyposthénie ).
    - Des campes et des douleurs
    - L’encéphalopathie ( une maladie qui atteint le cerveau ) .
    -
    N.B :

    Quand les traitements de l’insuffisance rénale chronique ne sont plus efficaces , les seules alternatives à long terme sont la dialyse ou la transplantation rénale .



    -16-
    Indication de la dialyse
    Les médecins prescrivent la dialyse quand l’insuffisance rénale génère certaines complications :
    - Perturbation des fonctions cérébrales ( encéphalopathie urémique ) .
    - Inflammation de la membrane qui entoure le cœur ( péricardite ) .
    - Augmentation de l’acidité du sang ( acidose ) qui ne répond pas aux autres traitements .
    - Insuffisance cardiaque .
    - Surcharge hydro sodée globale .
    - Surcharge hydrique du poumon ( œdème pulmonaire aigue ) qui ne répond pas aux autres traitements .
    - Forte élévation de taux de potassium dans le sang ( hyperkaliémie ) .


















    -17-
    LITHIASE RENALE
    01/ définition :
    C’est une affection caractérisée par la présence concrétions solides dans les cavités des calices du rein et du bassinet .elle est très fréquente .
    02/ causes :
    Elle connait des causes multiples
    - Dépôts de sels de calcium ( les lithiases calciques ) .
    - Doses excessives de vitamine D .
    - L’acide urique (la lithiase urique ) .
    03/ les signes :
    - Coliques néphrétiques .
    - Hématurie .
    - Infection urinaire .
    04/ le diagnostique :
    - C’est le plus souvent la radio qui affirme le diagnostic et permet le bilan des lésions .
    - Les calculs calciques et cystiniques sont opaque ou rayons X , les calculs d’acide urique pur sont transparent et ne sont donc pas visibles sur ces clichés sans préparation .
    05/ complications :
    - Des lésions locales .
    - Les infections urinaire .
    - Migration dans l’uretère d’un calcul encore suffisamment petit pour s’y engager .
    06/ traitement :
    - Suppression des aliments les plus riches en calcium ( lait ..) .
    - Suppression des aliments riches en acide urique s’il s’agit d’une lithiase calcique.
    - Quand de gros calculs sont retenus dans le rein et provoquent des troubles , ils sont justiciables d’une ablation chirurgicale par ouverture du bassinet .


    -18-
    LA CYSTITE
    01/ définition :
    C’est une inflammation aigue ou chronique de la vessie .
    Elle est très fréquente chez la femme en âge de procréer exemple : femme enceinte parce que la grossesse perturbe le vidange vésicale .
    Dont une femme sur deux sera victime une fois au cours de sa vie , si ce n’est pas plus .
    02/ épidémiologie :
    La cystite est due à un colibacille appelé (( ESCHERICHIA COLI )) un germe présent dans le gros intestin qui va migrer et se loger dans l’urètre .
    Ce phénomène est fréquent chez la femme car celle-ci est anatomiquement plus exposée que l’homme . en effet , les différents canaux et orifices sont proches les uns des autres .
    03/ les signes :
    Ils sont importants :
    - Brulures à la miction .
    - Des douleurs dans le bas ventre .
    - Pollakiurie ( c'est-à-dire mictions très fréquentes ) .
    - Pyurie ( c'est-à-dire présence de pus dans les urines ) .
    - Certaines cystites entrainent l’émission d’urines sanguinolentes et sont dites hématuriques .
    - La fièvre n’est pas fréquente .
    04/ complications :
    • Pyélonéphrite .
    • Pyo néphrose .
    • Tuberculose rénale .
    • Adénome prostatique et autres lésions prostato-urétrales .
    • Tumeurs ou calculs vésicaux .
    05/ les facteurs qui provoquent des cystites :
    - Les rapports sexuelles .
    - La stagnation des urines dans la vessie .
    - Les produits d’hygiène intime trop agressif…

    -19-
    06/ les précautions simple pour éviter la cystite :
    - Boire suffisamment d’eau au moins 1,5 L tous les jours.
    - Aller régulièrement aux toilettes , c’est le meilleurs moyen d’évacuer les germes responsables des infections .
    - Choisir des produits d’hygiène intime au PH neutre .
    - Changer fréquemment ses protections périotiques .
    07/ traitement :
    Il est totalement différent selon la cause de ce syndrome .
    Quand la cystite est isolée et que toute maladie grave est éliminée , il faut systématiquement traiter par des antiseptiques ou des antibiotiques urinaires ,
    Au contraire , quand la cause est reconnue ( calcule , tumeur …) il faut en traiter.
















    -20-
    LE GLOMERULONEPHRITE
    01/ définition :
    C’est le syndrome néphrétique aigue provoqué le plus souvent par une infection à STREPTOCOQUES , un type de bactéries .
    02/ causes :
    - Staphylocoque .
    - Le pneumocoque .
    - Infections virales telles que la varicelle .
    - Infections parasitaires comme le paludisme .
    03/ symptômes :
    • Rétention hydrique .
    • L’œdème tissulaire .
    • La diminution de volume d’urine et l’émission d’urine foncée contenant du sang.
    • L’œdème apparait d’abord avec un gonflement du visage et des paupières , mais il devient ensuite très visible au niveau des jambes .
    • La pression artérielle augment .
    • Céphalées .
    • Gène de la vision .
    Lorsqu’une glomérulonéphrite à évolution rapide se développe les symptômes précoces les plus évidents sont :
    - La faiblesse .
    - La fatigue .
    - La fièvre .
    - Perte d’appétit .
    - Nausées .
    - Vomissements .
    - Douleurs abdominales .
    - Douleurs articulaires .
    04/ traitement :
    - De fortes doses de corticoïdes en IV pendant une semaine puis par voie orale pour une durée variable .


    -21-
    - Médicaments qui réduisent la pression artérielle et de limiter l’apport du sodium .
    - Alimentation pauvre en protéine .
    - L’insuffisance rénale doit être traitée par dialyse ou par dialyse ou par greffe rénale .























    -22-
    ADENOME DE LA PROSTATE
    A/ la prostate :
    01/ définition :
    C’est une glande sécrétant la plus grande partie de la phase liquide du sperme .
    B/ adénome :
    02/ définition :
    C’est une tumeur bénigne résultant de la prolifération régulière d’un épithélium glandulaire normal , ce qui la différencie des épithéliomas , ou la prolifération est à la fois anarchique et faite de cellules anormales .
    Adénome prostatique :
    Tumeur bénigne qui se développe aux dépens des glandes péri urétrales voisines de la prostate .
    L’adénome prostatique est appelée aussi (( hypertrophie prostatique )) est fréquent chez l’homme aux alentours de la soixantaine .
    Aspect clinique :
    Il varis beaucoup .
    Certains adénomes sont tolérés jusqu’au jour ou survient une complication aigue , d’autres au contraire sont mal supportés dés le début .
    Les signes :
    Certains signes sont constants
    - Trouble à la miction .
    - Augmentation de fréquence des mictions ( pollakiurie ).
    - Diminution de la force ( modification du jet d’urine ) .
    - Retard à l’apparition du jet .
    Examen clinique :
    - L’observation de la miction .
    - L’examen des urines à l’œil nu sont très importants .
    - La recherche d’un ( globe vésical ) .
    - Le TR permet d’apprécier le volume de l’adénome .

    -23-
    • Des examens spéciaux sont nécessaire :
    - L(examen cytobactériologique des urines permet d’éliminer ou non une infection urinaire .
    - L’uretrographie permet de voir la lumière de l’urètre modifiée par l’adénome prostatique .
    - L’urétroscopie est nécessaire dans certaines formes localisées .
    - L’urographie intraveineuse reste l’examen essentiel puisqu’elle montre quelle est la valeur fonctionnelle des reins et quel est le retentissement de l’adénome sur les voies urinaires .
    Evolution :
    - Il réalise un obstacle à l’évacuation de la vessie et entraine une retention d’urine qui provoque des infections urinaires plus brulure à la miction .
    Traitement :
    Il est essentiellement chirurgical .















    -24-
    SONDE VESICAL
    01/ définition :
    C’est la mise en place d’une sonde dans la vessie pour une durée qui excède 24 H , acte de pratique courante en milieu hospitalier .
    02/ matériel :
    A/ pour le drainage simple préparer :
    - Alèze de toile et de caoutchouc pour la mettre sous le malade .
    - Un plateau recouvert d’un champ stérile .
    - Un tambour De compresses stériles .
    - Gants stériles .
    - Pince intermédiaire .
    - Antiseptique ( dakin ) .
    Matériel de prélèvement :
    - Haricot ou bassin .
    - Tubes stériles .
    - Bocal gradué .
    - Lubrifiant .
    B/ pour le drainage à demeure :
    En plus du matériel cité pour le drainage simple prévoir :
    - Le système de collection des urines c'est-à-dire sont :
    • Un bocal gradué .
    • Une tubulure ou un sac collecteur d’urine à usage unique relié à une tubulure , gradué , et suspendu par une armature au bord inferieur du lit , le sac sera vidé quotidiennement et peut être gardé plusieurs jours.
    - Seringue avec 10 ml d’eau distillée pour gonfler le ballonnet .
    - Moyens de fixation , sparadrap .
    03/BUT DU DRAINAGE VESICAL :
    Ils sont doubles :
    - But diagnostique :
    • Examen cytobactériologique des urines dans certains cas seulement , car pour cet examen il n’est pas nécessaire absolument de procéder par sondage pour recueillir le prélèvement .
    • Poser le diagnostic différentiel entre une anurie et une rétention .
    -25-
    • Evaluer la diurèse horaire .
    - But thérapeutique :
    Le sondage sera indiqué chez les malades qu’il faut :
    • Soulager d’une rétention vésicale .
    • Au cours de situations graves ( choc , brulures ) .
    • Traiter d’une infection urinaire .
    • Avant toute dialyse péritonéale .
    • Préparer à l’intervention chirurgicale sur la prostate ou le périnée ou intervention sur le petit bassin .
    Il sera indiqué également chez les malades grabataires pour empêcher l’incontinence .
    04/Préparation du malade :
    L’asepsie doit être rigoureuse à trois (03) niveaux :
    a/ celui du matériel :
    il est préférable de travailler avec un matériel à usage unique ou stérilisable à l’autoclave ou au formol (dans ce cas , il faut bien nettoyer à l’eau stérile avant usage).
    b/ celui du malade :
    - Chez l’homme : désinfection soigneuse d’avant en arrière , de méat du gland , de la verge avec du dakin , puis désinfection de la partie intérieur du pénis , scrotum et pubis .
    - Chez la femme : faire une toilette vulvaire .
    c/ celui de l’exécutant :
    • Se laver les mains .
    • Mettre des gants stériles .
    • Travailler sur des champs stériles .
    05/ complications :
    - Infection urinaire :ascendante se traduisant par une dysurie , elle peut être jugulée en administrant des antibiotiques de manière préventive .
    - Sténose urétrale : dés la moindre suspicion , il faut confier le malade au spécialiste .
    - Fausses routes :elles se traduisent par des douleurs , hématuries qui témoignent d’une effraction urétrale .

    -26-
    06/ recueil des urines :
    Lorsque le sondage a été effectué pour :
    - Evacuer une rétention importante ( plus de 500 ml ) ne jamais enlever la sonde immédiatement , la pincer et attendre environ 10 minutes , afin d’éviter une décompression trop brutale et des risques d’hémorragie .
    - Prélever des urines pour un examen cytobactériologique , laisser s’écouler le premier jet d’urine en veillant à ce que la sonde ne touche pas l’haricot , puis recueillir les urines dans un tube stérile .
    - Rechercher un résidu vésical : il faut mesurer le volume d’urine recueilli .



















    -27-
    CHANGEMENT D’UN COLLECTEUR D’URINE ( sonde à demeure )
    MATERIEL :
    - Un sac collecteur neuf adapté au système de sonde installée.
    - Un (1) pince à clamper .
    - Des compresses .
    - Un antiseptique .
    - Sac poubelle .
    - Gants non stériles à usage unique .
    - Savon liquide .
    - Serviette pour le personnel .
    ACTIONS :
    • Prévenir le patient .
    • Se laver les mains .
    • Mettre les gants non stérile à usage unique .
    • Si besoin , vider la poche .
    • Ouvrir le paquet de compresses et les imbibés d’antiseptique .
    • Clamper la sonde urinaire quelques centimètres au dessus de son extrémité .
    • Prendre une compresse imbibée pour tenir l’extrémité de la sonde , et opter avec l’autre main le sac collecteur usagé en le tenant doucement et en tournant légèrement dans un sens , puis dans l’autre , tout en maintenant la sonde toujours avec la compresse .
    • Prendre la poche neuve , enlever le bouchon et l’enfiler dans la sonde , en faisant la manœuvre inverse , attention à ne jamais toucher l’embout du sac collecteur qui doit rester stérile tant qu’il n’est pas enfilé dans la sonde , il doit être enfoncé au moins ¾ pour éviter le risque de (( décrochage )) .
    • Jeter la compresse , la poche usagée , et le bouchon .
    • En cas d’utilisation d’un sac vidangeable , vérifier qu’il est soigneusement fermé.
    • Raccrocher le sac collecteur sur son support ( jamais à terre , toujours plus bas que la vessie du patient que ce soit au lit ou au fauteuil ) .
    • Retirer les gants et les jeter .
    • Réinstaller le patient , faire ses transmissions écrites et orales si besoin .



    -28-
    LES OEDEMES
    01/ définition :
    Les œdèmes réalisent une infiltration sous cutanée en rapport avec une rétention hydrique , qui va entrainer un excès de poids aux dépens du secteur liquidien extracellulaire .
    Leur existence doit être soupçonnée devant toute prise de poids quotidienne égale ou supérieure à 500 g .
    03/ les causes :
    - Rénale ( syndrome néphrotique et glomérulo-néphrétique aigue ) .
    - Hépatique ( cirrhose ) .
    - Cardiaque ( insuffisance cardiaque globale ou droite ) .
    LITHIASE RENALE
    01/ définition :
    C’est une affection caractérisée par la présence concrétions solides dans les cavités des calices du rein et du bassinet .elle est très fréquente .
    02/ causes :
    Elle connait des causes multiples
    - Dépôts de sels de calcium ( les lithiases calciques ) .
    - Doses excessives de vitamine D .
    - L’acide urique (la lithiase urique ) .
    03/ les signes :
    - Coliques néphrétiques .
    - Hématurie .
    - Infection urinaire .
    05/ complications :
    - Des lésions locales .
    - Les infections urinaire .
    - Migration dans l’uretère d’un calcul encore suffisamment petit pour s’y engager .



    LA CYSTITE
    03/ les signes :
    Ils sont importants :
    - Brulures à la miction .
    - Des douleurs dans le bas ventre .
    - Pollakiurie ( c'est-à-dire mictions très fréquentes ) .
    - Pyurie ( c'est-à-dire présence de pus dans les urines ) .
    - Certaines cystites entrainent l’émission d’urines sanguinolentes et sont dites hématuriques .
    - La fièvre n’est pas fréquente .
    04/ complications :
    • Pyélonéphrite .
    • Pyo néphrose .
    • Tuberculose rénale .
    • Adénome prostatique et autres lésions prostato-urétrales .
    • Tumeurs ou calculs vésicaux .
    05/ les facteurs qui provoquent des cystites :
    - Les rapports sexuelles .
    - La stagnation des urines dans la vessie .
    - Les produits d’hygiène intime trop agressif…
    06/ les précautions simple pour éviter la cystite :
    - Boire suffisamment d’eau au moins 1,5 L tous les jours.
    - Aller régulièrement aux toilettes , c’est le meilleurs moyen d’évacuer les germes responsables des infections .
    - Choisir des produits d’hygiène intime au PH neutre .
    - Changer fréquemment ses protections périotiques .
    CHANGEMENT D’UN COLLECTEUR D’URINE ( sonde à demeure )
    MATERIEL :
    - Un sac collecteur neuf adapté au système de sonde installée.
    - Un (1) pince à clamper .
    - Des compresses .
    - Un antiseptique .
    - Sac poubelle .
    - Gants non stériles à usage unique .
    - Savon liquide .
    - Serviette pour le personnel .
    - Polyurie :
    - Définition :
    - C’est une augmentation importante de la diurèse qui devient supérieure à 3 litres par 24 heures .
    - Elle peut relever de plusieurs causes
    Oligurie :
    Définition :
    Est une diminution importante de la diurèse qui devient inferieure à 300 ml par 24 heures .
    La dysurie :
    Definition
    Elle est définie comme une difficulté à la miction , la vessie se vide avec effort , lentement , en plusieurs temps l’existence d’une dysurie oriente vers un obstacle uretro-prostatique .
    pollakiurie :
    définition :
    Elle est définie comme la fréquence exagérée des mictions , elle est surtout nocturne prédominant dans la deuxième partie de la nuit .
    Anurie
    Définition :
    On parle d’anurie toutes les fois que la sonde introduite dans la vessie d’un malade qui n’a pas uriné depuis quelques heures ou quelques jours , ne ramene pas d’urine , ce qui permet d’éliminer une rétention d’urine .




































      الوقت/التاريخ الآن هو الإثنين نوفمبر 20, 2017 9:23 am